Désolée, je suis attendue


Auteur : Agnès Martin-lugand
Titre VO : -
Genre : Comtemporain 
Thématique : Amitié, travail, se retrouver
Edition : Pocket, Michel Lafon
Parution : le 14 avril 2016
Pages : 405 p
Prix : 7,40€
Note : 09/10

Résumé 
Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d'affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l'adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s'inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu'on lui adresse, elle a simplement l'impression d'avoir fait un autre choix, animée d'une volonté farouche de réussir. Mais le monde qu'elle s'est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé.
Mon avis :

Tout d’abord, j’ai déjà pu lire deux romans de cette autrice, sa duologie des gens lisent et boivent du café. Et quand j’ai vu ce roman sortir en poche, et avec le résumé j’ai sauté dessus pour me l’acheter et le lire très vite après.
On découvre Yaël qui au début du roman est en stage dans une société d’interprète, et a pour projet de surtout profiter de la vie et de voyager, mais son employeur va lui proposer un poste permanent et elle va accepter l’offre. Dans cette même période, il va lui arriver un évènement qui va la changer. Et elle qui n’était pas du tout du genre à faire de son travail sa vie, va devenir un forcené du boulot, jusqu’à beaucoup changer, et ne plus prendre soins des gens quelle aime. Je n’en dis pas plus, car je ne voudrais pas vous spoilié.

« Les heures s'égrainèrent sans que je réussisse véritablement à me concentrer, je passai mon temps à jeter des coups d’œil à mon portable m'assurant plusieurs fois de suite qu'il n'était ni sur vibreur ou en mode silencieux, ni déchargé. Cette attitude me fit rire jaune ; la dernière fois que j'avais scruté mon téléphone de cette façon, c'était pendant les vacances à Loumarin, et j'attendais désespérément des nouvelles de Bertrand. Celui-là même qui travaillait à quelques mètres de moi. Aujourd’hui, c'était Marc qui ne me répondait pas. Allais-je devoir passer le reste de ma vie à attendre des coups de téléphone providentiels qui ne viendraient pas ? »

On retrouve le style d’écriture de l’auteur et surtout dans l’histoire on reconnait sa touche, qui fait que même si on ne savait pas qui est l’auteur on devinerait qu’il s’agit d’Agnès martin-lugand.

Je me suis beaucoup attaché au personnage principale, et j’ai apprécié les secondaires sans plus m’y attacher. On aime les voir agie pour maintenir Yaël dans une vie sociale et lui dise les choses de manière sincère pour lui faire comprendre qu’il faudrait quelle redevienne comme avant.

« Je ne me suis jamais mêlé de la vie privée de qui que ce soit ici, mais il s’est passé quelque chose dans ta vie, qui t’a fait du bien, qui t’a rendue meilleure et, du jour au lendemain, tu as perdu ta flamme. »

Au début du roman, la personnage principale est tellement attacher à son travail que cela en devient frustrant de la voir s’enfermer dans cela, et elle peut être agaçante puis on la voit peu  à peu se rouvrir aux petits plaisirs de la vie et elle en devient plus attachante.

Pour l’instant, ce roman est mon préférer de l’auteur, et j’ai hâte de suivre et lire ses prochaines parutions.

« - Te rends-tu compte de ce que tu dis parfois?
- Non, je ne me rends pas compte, je te dis des tas de conneries, parce que, parce que...
- Parce que quoi ? s'énerva-t-il.
- Parce que je suis terrifiée à l'idée de te perdre encore une fois ! lui hurlai-je dessus. »

Commentaires

Articles les plus consultés