Tant que nous sommes vivants



Les informations:
Titre en Vo: /
Genre : Jeunesse
Editeurs: Gallimard jeunesse
Site de l'auteur: http://www.bondoux.net/
Nombre de page: 298 pages
Note: 8/10

Résumé
"Nous avions connu des siècles de grandeur, de fortune et de pouvoir. Des temps héroïques où nos usines produisaient à plein régime, et où nos richesses débordaient de nos maisons.
Mais un jour, les vents tournèrent, emportant avec eux nos anciennes gloires. Une époque nouvelle commença. Sans rêve, sans désir.
Nous ne vivions plus qu'à moitié, lorsque Bo entra, un matin d'hiver, dans la salle des machines."

Folle amoureuse de Bo, l'étranger, Hama est contrainte de fuir avec lui. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus. Leur amour survivra-t-il à cette épreuve ? Parviendront-ils un jour à trouver leur place dans ce monde ?

Mon avis :
Pour commencer parlons de la couverture qui est vraiment très joli et après lecture je peux dire que cela retrace bien l’histoire du roman sans en dévoilé les éléments.

C’est un sorte de conte philosophiques. Une histoire de grande personnes mais raconté simplement pour les enfants/ados. L’auteure Anne-Laure Bondoux écrit son histoire de manière assez poétique tout en restant fluide dans la lecture.

"Il faut accepter de ne pas savoir. Sans quoi, on reste persuadé qu'on n'a besoin de personne, et on n'apprend rien du tout. Tu comprends ?"

Un autre point positif, cela nous permet de découvrir quelques manières de vivres selon l’époque ici l’époque les anciennes usines. Donc un petit saut dans l’histoire. On suit l’histoire sur deux générations.

On s’attache pas mal aux personnages principaux, qui sont un couple Bo et Hama, on les suit avec leurs hauts et leurs bas.

"Quand j’étais petit, un garçon du village m’avait prêté son vélo. Je m’entraînais à en faire sans les mains. Je suis tombé pas mal de fois! Mais finalement, j’ai compris comment garder l’équilibre et j’y suis arrivé. Nous aussi, on va tomber. On aura des bosses et des bleus. Mais on trouvera le bon équilibre. Je crois qu’on peut aimer sans les mains."

L’univers que ce roman dépeint est assez « magique », pas vraiment grâce à des éléments fantastiques, mais pas rapport a comment l’auteure amène les différents rebondissements.

Puisque l’on a une vue sur deux générations il y deux partie différentes dans le roman, j’ai beaucoup aimé le début sur le couple, cependant j’ai été un peu moins convaincus pour la dernière partie que j’ai trouvé un peu plus lente.

"Nous attendions quelque chose, mais nous ne savions pas quoi. Ceux qui travaillaient encore se levaient chaque matin aussi fatigués que la veille, et s'endormaient chaque soir sans révolte. Telles les bêtes engourdies par le froid, nous retenions notre souffle et les battements de nos cœurs : nous ne vivions plus qu'à moitié. Pourtant, au milieu de ce renoncement général, certains eurent l'audace de tomber amoureux. Les plus fous d'entre eux s'aimèrent. Bo et Hama furent de ceux-là."

Lire un autre roman de cette auteure me tenterai bien même si ce n’est pas dans mes priorités. J’ai bien aimé ce roman surtout dans l’écriture de l’auteur et l’univers crée mais sans avoir un coup de cœur.

Commentaires

Articles les plus consultés